«Eureca» repart en voyage

Le satellite d’exploration Eureca, qui avait déjà à son actif un long voyage dans l’espace, a été sorti de l’exposition sur la navigation spatiale du Musée Suisse des Transports à Lucerne et transporté par camion pour entreprendre une nouvelle aventure. Il va faire l’objet d’une étude scientifique à l’Empa à Dübendorf. Il occupera ensuite une place de choix dans la nouvelle exposition sur la navigation spatiale au Musée des Transports, laquelle sera inaugurée au mois de novembre.

Le fabuleux voyage d’Eureca (European Retrievable Carrier) débuta le 31 juillet 1992 dans les soutes de la navette spatiale «Atlantis». Le satellite fut construit dans le but d’en apprendre davantage sur les effets d’une très faible attraction terrestre appelée «microgravité». Pour réduire les déchets dans l’espace ainsi que les coûts de construction, l’ESA avait opté pour un satellite réutilisable.

Dans l’espace avec Claude Nicollier
L’astronaute suisse Claude Nicollier était également à bord de la navette; il y était d’ailleurs responsable de la délicate mise en orbite du satellite. Équipé pour réaliser une septantaine d’expériences, Eureca tourna autour de la Terre pendant près d’un an (de juillet 1992 à juin 1993), à la vitesse de 28 000 km/h, effectuant de multiples mesures scientifiques. Eureca permit notamment de collecter des données très importantes sur l’influence de l’espace sur les matériaux et les organismes et de tester de nouvelles technologies spatiales. La navette spatiale «Endeavour» récupéra le satellite. Eureca est de ce fait l’un des très rares exemples d’engins spatiaux revenus intacts sur Terre.

Donation au Musée des Transports
De retour à Brême, où il avait été assemblé, le satellite allait être préparé pour la deuxième mission dans une série de cinq qui avaient été prévues. Pour des raisons de coûts, ces vols n’eurent finalement pas lieu, clouant Eureca définitivement au sol. En novembre 2000, Eureca fut donc accroché au plafond de la Halle de l’Aviation et de la Navigation spatiale.

Examens aux rayons X à l’Empa
Le satellite a quitté le Musée des Transports pour être étudié aux rayons X à l’Empa (Laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche), à Dübendorf. L’Empa entend profiter de cette opportunité unique d’examiner un satellite qui a déjà séjourné dans l’espace. Les matériaux utilisés pour Eureca y ont été soumis à des conditions extrêmes, telles que d’importantes variations de température, des rayonnements cosmiques, des microparticules et la microgravité. L’installation de rayons X spéciale de l’Empa utilise des rayons de très grande puissance qui permettent d’obtenir des images d’une résolution particulièrement élevée. Seul l’Empa est en mesure de radiographier le satellite, de la hauteur d’un être humain et d’un poids de trois tonnes pour quatre mètres de largeur sur trois mètres de longueur, dans son intégralité et d’en révéler les entrailles.

Données techniques
Original   Plateforme expérimentale EURECA
Année de construction   1992
L x l x h   600 x 1996 x 360 cm
Poids   3500 kg